Biographies des membres du Comité de Rédaction

Après un post-doctorat réalisé au Sénégal avec l’IRL 3189 Environnement, Santé, Sociétés sur la croissance des enfants et ses relations avec l’environnement, elle travaille depuis près de 10 en tant que Spécialiste Recherche à Humanité & Inclusion (Ex Handicap International). Aude a désormais une connaissance approfondie dans la mise en œuvre de recherches et d’études dans des pays à revenu faible ou intermédiaire et a appris à adapter ses langage et posture à des sujets, contextes et publics divers. Elle est en effet amenée à partager des conseils relatifs aux méthodes et questions éthiques avec divers profils d’acteurs aux sièges et sur les terrains (opérationnels, techniques, partenaires) et participe activement aux développement de matériel d’apprentissage sur l’art et la manière de planifier et mettre en œuvre des études. Elle facilite également le développement de projets de recherche en partenariat avec des instituts académiques, traduisant les attentes et contraintes des deux mondes (développement et académique) afin d’en permettre la réalisation.

Clara Egger détient un master en science politique (2010) de Sciences Po Grenoble (Master Professionnel « Organisation Internationales – OIG-ONG ») et un doctorat en science politique de l’Université Grenoble Alpes. Sa thèse de doctorat analyse les stratégies  gouvernementales de contrôle des ONG humanitaires au niveau uni et multilatéral, en étudiant particulièrement le cas de la France, de la Grande Bretagne et des Etats-Unis. Durant sa thèse, elle réalisa des séjours de recherche au Kosovo et au Kenya. Sa recherche reçut le prix du Fonds Croix Rouge et fut finaliste du prix Jean Blondel (ECPR). Elle dirige actuellement le volet recherche du projet d’Encyclopédie Humanitaire visant à analyser comment les concepts centraux de la pratique humanitaire sont utilisés, compris et perçus. Ses intérêts de recherche portent sur les conceptions non-occidentales de l’aide humanitaire, le rôle de l’action humanitaire dans la politique internationales (et notamment son lien avec les interventions militaires) et la contestation armée des politiques étrangères occidentales.

Directeur Impact, Information & Innovation à Humanité & Inclusion (Le nouveau nom d’Handicap International). Agronome de formation, Pierre a eu à cœur d’enrichir son cursus par des formations complémentaires dans les domaines du management (IAE), de l’épidémiologie (CESAM) et de la prospective stratégique (CNAM). Au cours de ses 25 années d’expériences dans le domaine de l’humanitaire, Pierre a exercé différents postes de responsabilités techniques (coordinateur technique, responsable du management des connaissances) et opérationnelles (Responsable géographique, Directeur des missions) pour Action Contre la Faim, Solidarités International et Humanité & Inclusion. Cette expérience éclectique de l’action humanitaire lui a permis de mieux comprendre les contraintes spécifiques des différents métiers mais aussi de souligner l’importance des approches transectorielles.

Valérie Gorin est chargée de cours et chercheuse depuis 2011 au Centre d’Etudes Humanitaires Genève centre conjoint de l’Université de Genève et de l’Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement. Depuis 2020, elle y est responsable du programme de Master en formation continue en action humanitaire. Historienne de formation, elle a obtenu son doctorat en Sciences de la communication à l’Université de Genève en 2013. Sa thèse portait sur la couverture photojournalistique des crises humanitaires dans la presse magazine française et américaine entre les années 1960 et 1990. Ses intérêts de recherche portent sur l’histoire et la communication humanitaire, avec un intérêt spécifique pour la culture visuelle des organisations de solidarité internationale et les pratiques de plaidoyer. Elle a également co-dirigé plusieurs publications sur les réponses face aux famines (European Review of History, 2015), les représentations de la crise migratoire 2014-2016 (Journal of Applied Journalism and Media Studies, 2018) et les liens entre émotions et images en contexte humanitaire (Palgrave Macmillan, 2021 – à paraître).

Vincent Leger est chargé de recherche à la Fondation Croix-Rouge française. Titulaire d’un doctorat en anthropologie (University College London) et d’un master professionnel en démographie (IDUP), il y est notamment responsable du suivi et de la valorisation des recherches soutenues par la Fondation sur l’action humanitaire et sociale.

Rédacteur en chef d’Alternatives Humanitaires, il dirige et anime son comité de rédaction. Après des études de droit et d’anthropologie juridique, Boris Martin s’est engagé dans la recherche universitaire, l’écriture et l’action humanitaire. Il a été rédacteur en chef de la revue Humanitaire à Médecins du Monde de 2000 à 2015. Il a publié plusieurs ouvrages consacrés à l’action humanitaire dont La France de la solidarité (Cesno, 2002), Critique de la raison humanitaire (dir. avec Karl Blanchet, préface de Rony Brauman) aux Éditions Le Cavalier Bleu en 2006 (traduit en anglais chez Columbia University Press/Hurst & Co Publishers Ltd en 2011 sous le titre Many Reasons to Intervene: French and British Approaches to Humanitarian Action) ou L’adieu à l’humanitaire. Les ONG au défi de l’offensive néolibérale (Éditions Charles Léopold Mayer, 2015). Il est également l’auteur de récits (Chronique d’un monde disparu, 2008 et « C’est de Chine que je t’écris… », 2004) aux éditions du Seuil et de nouvelles (Hong Kong, un parfum d’éternité, 2010) aux éditions Elytis. Son dernier récit – L’iconoclaste. L’histoire véritable d’Auguste François, consul, photographe, explorateur, misanthrope, incorruptible et ennemi des intrigants – est paru en mai 2014 aux Éditions du Pacifique. En 2020, il a écrit la biographie de Médecins du Monde, La belle histoire.

à venir

Stéphanie est responsable du projet ACF Knowledge Lab, un projet pilote innovant visant à incuber de nouvelles approches, méthodologies et outils afin d’optimiser la gestion du savoir au sein du réseau international d’Action Contre la Faim et s’assurer d’une meilleure opérationnalisation du savoir par les équipes plaidoyer, technique, opérations et recherche.

Biographies des membres du Conseil d'Orientation

à venir

Préside le Groupe de réflexion sur l’urgence et la post crise qui regroupe les principales ONG françaises. Ancien président puis DG de MSF, ancien Directeur Général de la Fondation de France. Actuellement dirige FCHconseil qui aide les associations et fondations dans la mise en place de leur plan stratégique, accompagne les dirigeants dans l’évolution de leur organisation et de leur management. Publications : Vive la philanthropie, L’engagement social pour les nuls.

à venir

Yvan Conoir, MBA, MA, est Chercheur en résidence à la Chaire Raoul Dandurand en Études stratégiques et diplomatiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et enseigne au Master en Développement international et Action humanitaire de l’Université Laval (Québec).

Il a commencé sa carrière en humanitaire pour les Nations Unies puis diverses institutions canadiennes il y a plus de 30 ans. Il travaille depuis 10 ans comme consultant international pour le compte de la Banque mondiale, des NU (UNHCR, OCHA, UNICEF, UNDP, UNESCO, UN DPKO, UNV), l’Union européenne, l’ACDI, l’OAS, les Ministères des Affaires étrangères de France, du Canada comme de Suisse et autres institutions privées.

Il est l’auteur de différents ouvrages, L’action humanitaire du Canada (PUL-2002), Faire la paix – concepts et pratiques de la consolidation de la paix (PUL-2005) et DDR – Désarmer, démobiliser et réintégrer – Défis humains, Enjeux globaux (PUL-2006). Son dernier ouvrage vient de sortir aux Presses de l’Université Laval : Gestion de projets de développement international et d’action humanitaire (2016).

Consultant et responsable de la filière Communication de l’économie sociale et solidaire de l’École des métiers de l’information (EMI), Bruno-Georges était préalablement directeur de la communication et du développement du Secours Islamique France. Il occupa la même fonction au sein d’Action contre la Faim. Président fondateur de l’association Communication Sans Frontières, créateur et organisateur du Grand prix de la communication solidaire et de l’observatoire de la communication solidaire, il est également membre du conseil d’orientation d’Alternatives Humanitaires.

Il fut précédemment directeur général de BDC M& A, directeur associé chez TBWA/Corporate, directeur général de ABDC.EU et exerça différentes responsabilités chez Publicis : International Director, Deputy Wordwide Account Director, CEO et Chairman de « Publicis Russia » et CEO de « Publicis Poland ». Il enseigne actuellement à Paris 1 Sorbonne (CELSA) et Paris XII (UPEC) et vient de publier l’ouvrage ONG, compassion à tous les rayons ? chez VA-Éditions dans la collection Antidoxa (voir la rubrique « Culture »)

Luc Lamprière est directeur de l’Institut HI pour l’Action Humanitaire à Handicap International (Humanité et Inclusion) où il a travaillé au Moyen Orient et en Afrique. Il a collaboré avec les Nations Unies, ainsi que de multiples organisations de défense des droits humains et ONG internationales et locales. Ancien directeur général d’Oxfam France, membre du conseil exécutif d’Oxfam International, il a occupé diverses autres positions au sein de Oxfam de 2007 à 2016. Ancien journaliste, il a été notamment correspondant du journal Libération à Tokyo et New York de 1991 à 1999. En 2001, il avait créé à New York pour l’Agence France-Presse un service d’information spécialisé sur l’éthique des entreprises, la responsabilité sociale (RSE) et le développement durable. Diplômé de Sciences Po et du Centre de Formation des Journalistes, Luc Lampriere est titulaire d’une licence en droit (Paris I) et d’un Master d’Administration Publique de l’Université de Harvard où il a été également Fellow au Carr Center for Human Rights Policy. Il a vécu également en Corée du Sud, au Soudan, au Kenya, au Mexique, en Thaïlande, en Jordanie, au Congo, et au Tchad et travaillé dans plus de 50 pays. Il est administrateur de l’association Action contre la Faim (France), de la Société Nationale de Protection de la Nature (France) et de l’ONG Civitas Maxima (Suisse).

Karine Meaux est responsable Urgences et Solidarités internationales à la Fondation de France depuis septembre 2017. A ce titre, elle initie et coordonne les engagements de la Fondation suite aux urgences majeures, telles que le séisme de 2015 au Népal et les ouragans dans les Antilles en 2017, et participe aux réflexions du secteur sur les questions humanitaires. Cette fonction comprend également un travail en collaboration avec le CFSI autour d’un programme de soutien à l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest (Pafao) et un partenariat avec d’autres fondations, italiennes et américaines, pour l’appui des organisations paysannes dans la même zone (Jafowa). Karine Meaux is an International aid & Emergencies program manager at the Fondation de France since September 2017. She initiates and coordinates the Fondation’s responses to the major emergencies, such as the Nepalese earthquake of 2015 and the Caribbean typhoons of 2017. She also contributes to various discussions on humanitarian issues. This job also includes a collaboration with the French NGO, CFSI, to promote the family farming in West Africa (Pafao), as well as a partnership with other foundations (Italian and American) to support the farmers’ organizations in the same area.

Auparavant, Karine a exercé plusieurs fonctions au sein de la coordination nationale des ONG françaises, Coordination SUD, où sa préoccupation principale a consisté à promouvoir, par divers moyens, un environnement et des conditions de travail plus favorables pour tout type d’associations de solidarité internationale. Ses formations en droit humanitaire international, en histoire et en langues l’avait conduite à partir de 2000 à travailler sur plusieurs continents au sein du réseau Caritas. Au siège comme chargée de projets Asie/Océanie, responsable des opérations suite au tsunami de 2004 puis coordinatrice des actions internationales/responsable qualité. Sur le terrain, sur des missions longues au Kosovo (2000-2001), au Sri Lanka (2006-2007) et au Tchad (2008-2009), essentiellement dans des phases de post-urgence, en appui aux partenaires locaux et autour de problématiques telles que la gestion de camps et la relance de la vie associative locale.

à venir

Directeur du département expertise et plaidoyer d’ACF-France. Arrivé chez ACF en août 2018, médecin de formation et intervenant en sciences sociales à Paris 1 (IEDES), il a au préalable travaillé pendant dix ans comme directeur des opérations au Comité pour la santé des exilés à l’hôpital Bicêtre en France. Auparavant, et depuis 1991, il s’est engagé dans l’accès aux médicaments et la collaboration entre soignants sur la réponse à la pandémie par le VIH (Ensemble pour une solidarité thérapeutique en réseau), la couverture santé universelle et la transformation des relations soignants-soignés, les enjeux en santé environnementale (Groupe de recherche pour le développement rural) et la protection des demandeurs d’asile et des réfugiés (FNUAP-OMS).

Virginie s’intéresse aux questions de l’aide au développement et de l’humanitaire dès sa première expérience professionnelle en ONG locale en Inde. Après un parcours de huit ans dans la gestion de projets internationaux dans le secteur privé en Allemagne (biotechnologie), elle s’oriente vers le secteur humanitaire, en continuité de missions bénévoles auprès d’ONG de droit de l’homme et au sein de services sociaux.

En 2004, elle est chargée de développer le partenariat « entreprises » auprès des sections du réseau de Handicap International (HI). En 2007, elle rejoint la plateforme régionale de Médecins sans Frontières (MSF), à Dubaï, puis à Abu Dhabi, d’où elle dirige le département de collecte de fonds et partenariats. A son retour en France en 2011, elle reprend des études en science politique. Ses recherches sur « l’image et l’aide internationale » la mènent à l’AFD pour une mission de plusieurs mois. Elle rejoint Jean-François Mattei pour la création et le développement  du Fonds Croix-Rouge française en 2013 comme déléguée générale. En 2018, Virginie est nommée directrice de la Fondation Croix-Rouge française pour la recherche humanitaire et sociale.

Virginie est titulaire d’un master en management (ESC Toulouse), d’un master en science politique (Panthéon-Sorbonne) et d’un diplôme d’éthique (Faculté de Médecine de l’Université Aix-Marseille). Elle est chercheure, administratrice de Handicap International France et membre du Conseil d’Orientation de la revue Alternatives Humanitaires.

Joël Weiler s’engage dans l’humanitaire en 1992. Diplômé de Bioforce, il travaille pour diverses ONG telles qu’Enfants du Monde-Droits de l’Homme (EMDH) ou Santé Mali Rhône-Alpes (SMARA) comme chef de mission au Darfour, Vietnam, Mali, Burkina Faso ou encore au Soudan de Sud et à Madagascar.

Fort de son expérience sur des programmes de développement et d’urgence, son parcours avec Médecins du Monde commence en novembre 2010 lorsqu’il rejoint l’association en tant que Coordinateur Général. Il exerce cette fonction pendant trois ans sur différents terrains de crise (Syrie, Turquie, Jordanie, Liban, Zimbabwe).

De retour en France, il assume fin 2013 la fonction de Responsable des Urgences puis de Directeur adjoint aux Opérations Internationales. Depuis le 1er avril 2017, il est Directeur Général de l’association.

Biographies des membres du Conseil d'Administration

Président de l’Académie nationale de médecine et membre de l’Institut de France (Académie des sciences morales et politiques), ancien ministre de la Santé, le professeur Jean-François Mattei exerce la pédiatrie avant de se consacrer à la génétique médicale. Sa pratique l’a conduit à s’impliquer dans les questions d’éthique biomédicale, ses travaux sont reconnus en France comme à l’étranger. Président de la Croix-Rouge française de 2004 à 2013, il lance en 2013 le Fonds de dotation (devenu fondation) de la Croix-Rouge française qu’il présidera de 2013 à 2017. Il est membre de l’Institut de France depuis 2015 (Académie des sciences morales et politiques) et chevalier de la Légion d’honneur (2004). Il est cofondateur de la revue Alternatives Humanitaires.

à venir

Depuis janvier 2007, il est directeur général de la Fondation Mérieux, spécialisée dans la lutte contre les maladies infectieuses, en particulier dans les pays en développement. Il est également, depuis juin 2013, président d’honneur d’Action contre la Faim, qu’il a présidée de 2010 à 2013 et dirigée de 2003 à 2006. Il a été directeur général de l’Institut Bioforce de 2003 à 2007. Il préside le Centre Français des Fonds et Fondations (CFF). Benoît Miribel est par ailleurs cofondateur du Forum Espace Humanitaire (FEH) et du Groupe de réflexion urgence et post-crise, membre du conseil d’administration du Forum Convergences et de l’ONG Friendship-France. Benoît Miribel est diplômé de l’Institut d’études politiques de Lyon et titulaire d’un DEA en Relations internationales de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Il est cofondateur de la revue Alternatives Humanitaires et membre de son conseil d’orientation.

Co-fondateur de Handicap International en 1982 – pour apporter une aide concrète aux réfugiés cambodgiens handicapés et privés de soins spécifiques – le Dr Richardier coordonne le développement du réseau Handicap International en Belgique, en Suisse, en Allemagne, au Luxembourg, au Royaume Uni, au Canada, et aux Etats-Unis, structuré en fédération en 2009 et dont il assure la direction générale jusqu’en 2014.

Il se consacre ensuite à la mise en place de la Fondation « Handicap International » où il assure le lancement de la revue Alternatives Humanitaires en collaboration avec quatre fondations françaises pour susciter le débat entre praticiens et chercheurs en sciences humaines et sociales sur les enjeux auxquels l’action humanitaire est confrontée.

Journaliste au Quotidien du Médecin à la fin de ses études médicales en 1977, il part pour deux ans de service civil en Ethiopie, puis comme volontaire en Thaïlande et au Cambodge, successivement pour Médecins sans Frontières, SOS Enfants sans Frontière et Handicap International

Aujourd’hui, présente dans près de 60 pays, l’ONG Handicap International vient en aide aux populations les plus vulnérables, notamment les personnes handicapées. Elle contribue à améliorer leurs conditions de vie, à les aider à s’insérer dans la société et à accéder à leurs droits en partenariats avec les acteurs locaux.

Son engagement dans le secteur social non lucratif a débuté au Chili au sein de la Fondation CONIN agissant en faveur de la Nutrition Infantile dans les secteurs défavorisés et précaires.

Ainsi, quelque temps après son arrivée en France en tant que réfugiée politique et installée à Lyon, c’est tout naturellement qu’elle s’engage aux cotés des fondateurs de Handicap International, en tant que responsable de la gestion comptable et financière puis Directrice des Finances. Elle y restera 30 ans jusqu’à son départ à la retraite en 2017.

Titulaire au Chili des diplômes d’Expert Comptable et d’Ingénieur Commercial, complétés par une maitrise en Sciences Economiques et un DESS en informatique de gestion réalisés en France, elle a mis ses compétences et sa motivation au service de l’action humanitaire au bénéfice des plus démunis.

Sa longue expérience dans ce secteur, lui a permis de bien comprendre les défis et les contraintes de la gestion financière des organisations de solidarité internationale, gestion écartelée entre la recherche d’efficience demandée par les financeurs et les organes de contrôle, et de l’autre, l’action du terrain au service des plus défavorisés dans des pays sous le seuil de pauvreté et souvent dans des contextes instables.

Médecin et écrivain. Entré en écriture par l’essai (Le Piège humanitaire, en 1986), Jean-Christophe Rufin se lance dans le roman en 1997 avec L’Abyssin, obtient le prix Goncourt en 2001 avec Rouge Brésil et entre à l’Académie française en 2008. Il a réalisé sa première mission humanitaire en 1976 en Érythrée, puis a été notamment conseiller auprès du secrétaire d’État aux Droits de l’homme (1986-1988), attaché culturel et de coopération au Brésil (1989-1990), conseiller auprès du ministre de la Défense (1993-1994) et ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie (2007-2010). Il a également été vice-président de Médecins Sans Frontières (1991-1992) et président d’Action Contre la Faim (2003-2006), dont il est aujourd’hui président d’honneur. En sa qualité de membre de la Fondation Action Contre la Faim, il fait partie du conseil d’orientation de la revue Alternatives Humanitaires depuis sa création.

Philippe Ryfman est spécialiste des questions non gouvernementales et humanitaires sur la scène internationale. Avocat au Barreau de Paris, il est aussi professeur et chercheur associé honoraire à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Dernier ouvrage paru, en codirection avec Sandra Szurek et Marina Eudes : Droit et Pratique de l’action humanitaire, LGDJ, 2019. Il est également membre du conseil d’orientation de la revue Alternatives Humanitaires.

Biographies des membres du Conseil Scientifique

Directeur de l’Institut d’études internationales de Montréal depuis mars 2018, François Audet est également professeur à l’École des sciences de la gestion (ESG) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et directeur scientifique de l’Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH). Il est titulaire d’un doctorat de l’École nationale d’administration publique (ENAP) de Québec portant sur les processus décisionnels des organisations humanitaires internationales par rapport au renforcement des capacités locales. Avant d’entreprendre une carrière académique, il a cumulé plus de quinze années d’expérience dans le domaine de l’aide humanitaire. Ses intérêts de recherche portent sur les nouvelles pratiques en matière d’aide humanitaire, l’efficacité de l’action humanitaire envers les réfugiés et les politiques canadiennes d’aide au développement.

à venir

Sophie Brière est professeure titulaire au département de management de la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval (Québec). Elle détient un doctorat (PhD) de l’École nationale d’administration publique (ENAP) du Québec et un post doctorat de l’École de développement international et de mondialisation de l’université d’Ottawa. Elle est directrice de l’Institut EDI2 (équité, diversité, inclusion, intersectionnalité) de l’Université Laval. Sophie Brière est responsable de la maîtrise en développement international et action humanitaire à la faculté des sciences de l’administration. Ses travaux d’enseignement et de recherche portent notamment sur l’équité, la diversité et l’inclusion dans les organisations de tous secteurs et sur la gestion de projets. Elle est coauteure, avec Yves Poulin, Yvan Conoir, Stéphanie Maltais et Isabelle Auclair de La gestion de projets de développement international et d’action humanitaire, Presses de l’Université Laval, Deuxième édition, 2021. Elle est membre du Conseil scientifique de la revue Alternatives Humanitaires.

Chercheur à la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l’université du Québec à Montréal (UQAM) et enseignant au programme de maîtrise en Développement international et Action humanitaire de l’université Laval. Ancien humanitaire ayant œuvré sur tous les continents (UNHCR, Unicef, Care International, CECI), Yvan Conoir conduit désormais depuis plusieurs années une carrière de consultant international qui l’a mené à diriger des missions dans plus d’une soixantaine de pays avec les Nations unies, la Banque mondiale, les Affaires étrangères du Canada ou de la France, l’ACDI, l’Organisation des États américains et autres entités privées. Il est l’auteur, avec Gérard Verna, du premier ouvrage sur L’Action humanitaire du Canada (PUL, 2002), suivi par d’autres sur la consolidation de la paix, les processus de DDR (Désarmement, démobilisation et réintégration), ou encore la Gestion des projets de développement international et d’action humanitaire (PUL, 2016).

Dana Popescu-Jourdy est Maître de conférences à l’Institut de la Communication de l’Université Lumière Lyon 2 et responsable du Master Communication, humanitaire, solidarité.

Membre du laboratoire Éducation, Cultures, Politiques, elle est intéressée par les dynamiques de l’espace public en transition. Ses thèmes de recherche portent notamment sur les pratiques et les discours des médias et des acteurs de la solidarité, ainsi que sur les nouvelles formes d’engagement et d’apprentissage de la citoyenneté. Elle soutient le développement de projets de recherche-action et de recherche collaborative multi-acteurs.

Coordinatrice du consortium européen CODES – Communication, Diversité, Solidarité, elle est également membre de plusieurs réseaux et programmes de recherche au niveau européen et international : RTV – Key Competences in Media Production for Radio, Film and Television, MEWEB – Media of East/West European border traffic in times of the Cold War, International Joint PhD in Social Representations, Culture and Communication

Candidate au doctorat en développement international à l’université d’Ottawa et diplômée de la maîtrise en gestion du développement international et de l’action humanitaire de l’université Laval (Québec). Stéphanie Maltais est assistante de recherche et d’enseignement dans ces deux universités tout en s’impliquant activement au sein d’ONG canadiennes. Son parcours professionnel, notamment à l’international et dans les communautés Inuit du Grand Nord canadien, l’ont poussée à étudier plus profondément la transition entre l’humanitaire et le développement, la résilience des populations, le développement durable et la santé globale.

Cofondateur du Group’ (http://legroup-ess.org) dont il est l’actuel directeur, Frédéric est engagé depuis plus de 20 ans dans le secteur de la solidarité internationale, après une carrière de management de projets de restructurations industrielles pour une multinationale. À partir de 1998, il collabore avec plusieurs organisations sur des programmes internationaux en Afrique, en Amérique centrale, au Moyen-Orient, en Asie et en Asie centrale en tant que coordinateur de projet, chef de mission et chargé de programme. De 2001 à 2005, il est en charge de la création et de la direction du département des actions humanitaires de Handicap International. Consultant indépendant durant plus de dix ans, il collabore régulièrement avec des associations de solidarité, des agences de coopération internationale françaises et européennes, l’Union européenne, les Nations unies, des universités, écoles et instituts de recherche et de formation. Depuis 2019, il coordonne également le Fonds de dotation RIACE France (https://riacefrance.org) qui soutient financièrement les associations apportant une aide inconditionnelle aux exilés sur le territoire national et aux frontières nationales.

à venir

à venir

Diplômée en science politique et en santé publique, Stéphanie Tchiombiano est maîtresse de conférences associée dans le département de science politique de Paris 1 Panthéon Sorbonne. Elle est coresponsable du master « Développement et aide humanitaire ». Elle a travaillé pendant plus de quinze ans dans le domaine de la santé en Afrique de l’Ouest. Elle a d’abord, et pendant huit ans, été déléguée de la Croix-Rouge française (Niger, Togo, Mali, Tchad, Burkina Faso). Elle a notamment participé à la mise en place de plusieurs centres de traitement ambulatoire (CTA). Elle a ensuite été cheffe de mission pour l’ONG Solthis au Niger, au Mali et en Guinée, pendant huit autres années, durant lesquelles elle a essentiellement travaillé sur l’accès aux antirétroviraux pour les patients séropositifs et le renforcement des systèmes de santé. Elle a passé ensuite trois années au sein de FEI/Expertise France, pour l’Initiative 5 % sida, tuberculose et paludisme, dont elle a été la coordinatrice. Elle partage aujourd’hui son temps entre l’enseignement universitaire et la coordination du think tank « Santé mondiale 2030 » (www.santemondiale2030.fr).

Jean-Pierre Veyrenche est diplômé de l’université des sciences d’Avignon dans l’ingénierie et la gestion de l’eau. Depuis sa première mission humanitaire au Liberia en 1992 pour ACF, il a acquis une solide expérience dans les interventions d’urgence tant sur des catastrophes naturelles que des conflits, mais aussi des projets de développement en Afrique, Asie, Amérique latine et au Proche Orient pour l’exécution, le suivi et la gestion de l’eau et de projets complexes auprès de déplacés et réfugiés en milieu rural et urbain. Il a depuis deux ans orienté sa carrière vers l’expertise et le conseil comme consultant international auprès des Nations unies. Pendant cinq ans, il a également assumé la fonction de coordinateur pédagogique et de formateur technique pour une formation qu’il a initiée au sein de l’Institut Bioforce à Lyon, maintenant reconnue comme Master en niveau I. Il continue d’enseigner au sein de l’École supérieure de commerce et développement 3A à Lyon et Paris dans le module gestion et coordination de projet.