Embrasser la densité complexe du réel

Denis LemassonMédecin généraliste et cofondateur de l’Alliance Santé Planétaire. L’Alliance Santé Planétaire est une association française indépendante fondée en janvier 2021. Comptant des membres de divers horizons culturel et professionnels, elle a pour objectif de promouvoir la santé planétaire dans la francophonie et de communiquer ses enjeux aux patient·es, soignant·es, législateurs·rices et citoyen·nes. En ce sens, elle met en place des projets de sensibilisation, d’éducation et des actions de terrain. https://alliancesanteplanetaire.org
Santé Planétaire. Soigner le vivant pour soigner notre santé French translation of Planetary Health: Protecting Nature to Protect Ourselves Howard Frumkin et Samuel Myers (dir.) Préfaces de Marie-Monique Robin et de l’Alliance Santé Planétaire. Postface de Bruno Lhoste Éditions Rue de l’échiquier, 2022

Le mot de l’éditeur

Les livres, quand ils portent en eux la force des découvertes, détiennent le pouvoir de transformer celles et ceux qui les lisent. C’est ce type d’ouvrage que vous tenez entre les mains. Il dresse l’état des lieux d’un nouveau champ de connaissances scientifiques, dont l’approche, à la fois d’un point de vue méthodologique, épistémologique et éthique, aura des conséquences significatives sur nos manières de penser et d’agir. Bien sûr, par sa nature elle-même (un ouvrage de sciences), l’œuvre n’est pas définitive. Çà et là, des reprises seront souhaitables, ailleurs des objections pourront être formulées. Nous espérons néanmoins que Santé planétaire. Soigner le vivant pour soigner notre santé s’imposera comme l’un des outils nécessaires à la compréhension globale des enjeux de santé et participera de la réflexion sur le sujet.

Les activités humaines ont un impact majeur sur les écosystèmes terrestres et cette déstabilisation a des conséquences majeures sur la santé humaine. Les preuves scientifiques et médicales s’accumulent sans que rien, pourtant, ne soit fait, ou si peu. L’être humain sait, mais ne remet pas en cause les conditions structurelles qui menacent sa survie. La perspective est si vertigineuse, la transformation indispensable si radicale, qu’un déni cognitif de la communauté humaine s’oppose encore à la nécessité de prendre soin de notre espèce, contre toute évidence.

Ce livre jette les bases de la « santé planétaire ». Cette nouvelle approche scientifique permet de poser un diagnostic qui embrasse la densité complexe du réel. Pour cela, l’architecture même de nos connaissances devrait être revue. Ainsi que l’a écrit le romancier Milan Kundera, « l’essor des sciences propulsa l’homme dans les tunnels des disciplines spécialisées. Plus il avançait dans son savoir, plus il perdait des yeux l’ensemble du monde et soi-même.[1]Milan Kundera, L’Art du roman, Gallimard, 1986. » Pour comprendre les effets des actions humaines sur le vivant, les chaînes de causes à conséquences bio-physico-chimiques qu’elles entraînent au sein de son « environnement » et les effets feed-back sur nos vies, aucun domaine scientifique ne se suffit à lui-même. Depuis plus d’un siècle, nous creusons la montagne de la connaissance telles des taupes aveugles et dépourvues d’autres sens, forant des centaines de galeries en ignorant l’entièreté du réseau. Les dix-huit chapitres de cet ouvrage présentent de nouveaux outils capables de saisir la complexité des écosystèmes. À cette fin, des médecins cherchent aux côtés d’écologues, d’économistes et de chimistes, des urbanistes travaillent avec des physiciens, des sociologues… La complexité des interactions mêle des données issues de disciplines qui ne mesuraient pas auparavant le réel avec les mêmes indicateurs. Les distinctions entre sciences humaines et sciences dites « exactes » s’amenuisent sous nos yeux, de nouvelles méthodes et de nouveaux systèmes de communication sont inventés. Nous assistons à un saut épistémologique où des ponts conceptuels interdisciplinaires émergent, seuls moyens de relever le défi d’équations où les inconnues sont multiples et de natures diverses.

Les effets de nos actions sont parfois inattendus. Les chaînes causales sont si nombreuses, notre ignorance encore si grande. La reconnaissance humble de ses propres limites est le moteur même de la science, qui ne peut faire état que de vérités provisoires, toujours en train de s’expérimenter. Humilité et remises en question sont nécessaires à la proposition sans cesse réajustée de solutions de résilience.

Car telle est bien l’avancée décisive de ce nouveau domaine : proposer des solutions. Face aux périls des changements climatiques, des pollutions de l’air, des eaux et des sols, au déclin de la biodiversité, les femmes et les hommes de sciences ne peuvent plus s’en tenir à une description des phénomènes, et à une simple discussion de leurs résultats. Une nouvelle responsabilité leur incombe et ils doivent dorénavant l’assumer. Non pas pour continuer d’étendre indéfiniment un pouvoir scientifique hégémonique sur les autres modes d’existence, mais pour éclairer humblement les citoyens à la lumière de leurs découvertes afin que ces derniers puissent, en toute connaissance de cause, voter, arbitrer et agir. Car nous le constatons chaque jour, il ne suffit pas qu’un phénomène soit scientifiquement vrai pour qu’il suscite automatiquement une action politique. Un immense travail reste à effectuer dans ce but. Sans démagogie, sans raccourci qui abîmerait tout son sens. Un travail digne, patient, respectueux et exigeant pour « passer » les messages scientifiques, les traduire en termes intelligibles, leur donner une forme accessible et les diffuser afin qu’ils puissent être les ferments des changements à venir. C’est tout l’objet de cet ouvrage. C’est aussi celui de notre association, l’Alliance Santé Planétaire.

Dans les temps incertains de « fabrique des pandémies[2]Marie-Monique Robin, La Fabrique des pandémies, La Découverte, 2021, et Pocket, 2022. » et de recrudescence des nationalismes guerriers, toujours animés par des logiques de prédation, « il n’y a pas lieu de craindre ou d’espérer, mais de chercher de nouvelles armes[3]Gilles Deleuze, Pourparlers (1972-1990), Minuit, 1990. » nous suggérait le philosophe Gilles Deleuze. Nous souhaitons que ce volume participe à ce réarmement intellectuel pour être collectivement à la hauteur de l’enjeu qui se dresse devant nous. Il importe tant d’examiner les relations entre bien-être humain et écologie afin de mieux comprendre à quel point nous sommes interdépendants au sein de la biosphère, et d’expérimenter enfin que nous n’en sommes pas distincts. Citons ici le philosophe Emanuele Coccia : « L’un des plus grands penseurs amazoniens contemporains, Ailton Krenak, répète souvent que la vie n’est pas quelque chose autour de nous, mais quelque chose qui nous traverse, de l’intérieur comme de l’extérieur. Il n’y a pas d’environnement – ni de vie environnante –, il y a seulement un flux, un continuum dont nous sommes l’acte de métamorphose.[4]Emanuele Coccia, Métamorphoses, Payot & Rivages, 2020. »

Assurément, prendre soin de notre planète, c’est prendre soin de notre santé.


L’Alliance Santé Planétaire est une association française indépendante fondée en janvier 2021. Comptant des membres de divers horizons culturel et professionnels, elle a pour objectif de promouvoir la santé planétaire dans la francophonie et de communiquer ses enjeux aux patient·es, soignant·es, législateurs·rices et citoyen·nes. En ce sens, elle met en place des projets de sensibilisation, d’éducation et des actions de terrain.

https://alliancesanteplanetaire.org

Ce texte est la reprise de la préface que Denis Lemasson a rédigée au nom de l’Alliance Santé Planétaire pour cette traduction française du livre de Howard Frumkin et Samuel Myers. Avec l’aimable autorisation des éditions Rue de l’échiquier et l’efficace intercession de Léa Thévenot et Thomas Bout.

Cet article vous a été utile et vous a plu ? Soutenez notre publication !

L’ensemble des publications sur ce site est en accès libre et gratuit car l’essentiel de notre travail est rendu possible grâce au soutien d’un collectif de partenaires. Néanmoins tout soutien complémentaire de nos lecteurs est bienvenu ! Celui-ci doit nous permettre d’innover et d’enrichir le contenu de la revue, de renforcer son rayonnement pour offrir à l’ensemble du secteur humanitaire une publication internationale bilingue, proposant un traitement indépendant et de qualité des grands enjeux qui structurent le secteur. Vous pouvez soutenir notre travail en vous abonnant à la revue imprimée, en achetant des numéros à l’unité ou en faisant un don. Rendez-vous dans notre espace boutique en ligne ! Pour nous soutenir par d’autres actions et nous aider à faire vivre notre communauté d’analyse et de débat, c’est par ici !

References

References
1 Milan Kundera, L’Art du roman, Gallimard, 1986.
2 Marie-Monique Robin, La Fabrique des pandémies, La Découverte, 2021, et Pocket, 2022.
3 Gilles Deleuze, Pourparlers (1972-1990), Minuit, 1990.
4 Emanuele Coccia, Métamorphoses, Payot & Rivages, 2020.