L’humanitaire au théâtre

Stéphanie DurdillyChargée de communication et d'aide à l'édition d'Alternatives Humanitaires

Dans la mesure de l’impossible
Spectacle multilingue en français, anglais et portugais, surtitré en anglais et en français
Texte et mise en scène : Tiago Rodrigues


C’est une démarche originale que porte Tiago Rodrigues – nouveau directeur depuis l’automne 2022 du festival d’Avignon – pour cette création. À partir de la rencontre à Genève de son équipe artistique avec des travailleurs humanitaires du Comité international de la Croix-Rouge, Dans la mesure de l’impossible est une pièce documentée par leurs témoignages, qui rapporte des bribes d’existence des « terrains », toujours à cheval entre deux mondes, portant sur scène le récit de leurs récits. Qui sont les humanitaires, comment envisagent-ils leur position et comment vivent-ils dans ces allers-retours incessants entre les mondes ?

« Nous ne sommes pas des héros », annonce d’emblée un personnage. « Notre rôle, c’est soulager, personne après personne, car les grandes politiques hein… C’est comme boucher une fuite d’eau avec sa main en attendant le plombier ». Pas d’illusions donc. Et comme en miroir, pas d’effet spectaculaire non plus. Dans ce théâtre on ne rejoue rien : on se raconte. Les quatre comédiens, debout, face au public, sans artifices, nous rapportent les paroles récoltées. On entrevoit les questions. On est dans le vrai aussi, avec la langue : un mélange d’anglais, de portugais et de français, si caractéristique de l’usage sur le terrain. Le spectacle est surtitré, anglais, français, on switche « comme dans la vraie vie » (la leur), et le spectateur s’habitue vite, lui aussi. Le plateau est vide et ne sera habité que par ces témoignages. Seule une batterie est installée, sous une grande toile blanche qui recouvre tout l’espace : on l’entend presque en permanence, en fond, en solo. Bombes. Fusillades. Battements de cœur. La virtuosité de Gabriel Ferrandini accompagne, voire recouvre parfois les témoignages, comme le bruit du monde qui sait tout envahir. Tout se passe alors dans l’oreille et la langue : on traverse des drames, des tragédies, des scènes de guerre, de massacres, dans une épure visuelle étonnante. On ne fait semblant de rien. Pourtant, à mesure de l’avancée des récits, et grâce aux très justes lumières de Rui Monteiro, la toile devient montagne. Puis tient lieu d’abri et d’hôpital. Littéralement, on lève le voile : on entre dans la tête des témoins qui nous accueillent dans leur indicible et leurs complexités. La scène finale, qui verra la toile se transformer en nuage duquel éclatera l’orage, est sublime. La batterie, restée seule en scène, continue à jouer. Le chaos du monde persiste, présence ou non d’hommes et de femmes sur le terrain.

Le contraste est puissant entre la manière dont ces scènes (réelles) sont rapportées et l’imaginaire qu’elles déploient. La distance, question essentielle de la profession, se mesure ici aussi dans le fait de (se) raconter : ce qu’il y a à dire des expériences vécues est peut-être indicible et creuse un fossé entre l’humanitaire et ses proches restés dans « le possible ». Dans ce théâtre du discours rapporté, ce sont bien les mots, la façon de raconter l’histoire, qui nous intéressent. En effet, « les gens veulent des histoires simples » dit l’un des personnages. Alors on parle de la difficulté à dire la complexité, à communiquer avec les proches. L’impossible devient un nom générique pour évoquer les territoires où interviennent les humanitaires. Mais c’est aussi ce qui les suit quand ils sont de retour. L’impossible ne les quitte jamais vraiment.

Dire l’impossible : ce spectacle y parvient pourtant. Avec toute la pudeur et la puissance requises. Combler les trous de la langue, le fossé de l’expérience vécue et de l’imaginaire : c’est peut-être tout le rôle de la fiction, du théâtre et de l’art en général. Voilà l’apport de Tiago Rodrigues, familier des récits de l’intime et du quotidien, pour le monde humanitaire : porter la voix et l’expérience de ceux « qui ne sont pas des héros », mais font en sorte « de gagner du temps » sur l’impossible. « Il faut se poser la question de savoir où se trouve la source du problème – et donc la source de toute cette souffrance qu’ils se sont donné pour mission d’alléger – et cette question finit presque toujours par nous revenir au visage. La source […] quand on enquête vraiment, se trouve chez nous, dans notre système capitaliste qui a envahi toute la planète et altéré les valeurs fondamentales[1]Tiago Rodrigues, Dans la mesure de l’impossible, dossier artistique, Comédie de … Continue reading ». Voilà bien l’impossible contre lequel il faudra continuer de lutter. Aux côtés de ces combattants aguerris, sensibles et lucides.


Dans la mesure de l’impossible

Spectacle multilingue en français, anglais et portugais, surtitré en anglais et en français

Texte et mise en scène:Tiago Rodrigues
Traduction: Thomas Resendes
Scénographie: Laurent Junod, Wendy Tokuoka et Laura Fleury
Compositionmusicale: Gabriel Ferrandini
Lumières: Rui Monteiro
Son: Pedro Costa
Costumes et collaboration artistique: Magda Bizarro
Assistanat à la mise en scène: Lisa Como/Renata Antonante
Fabrication décors: Ateliers de la Comédie de Genève
Avec: Adrien Barazzone, Beatriz Brás, Baptiste Coustenoble, Natacha Koutchoumov et Gabriel Ferrandini (musicien)
Production: Comédie de Genève
Coproduction: Odéon-Théâtre de l’Europe-Paris, Piccolo Teatro di Milano-Teatro d’Europa, TNB-Théâtre National de Bretagne-Rennes, Teatro Nacional D.Maria II-Lisbonne, Équinoxe-scène nationale de Châteauroux, CSS Teatro stabile di innovazione del FVG-Udine, Festival d’Automne à Paris, Maillon-Théâtre de Strasbourg-Scène européenne, CDN Orléans-Centre Val-de-Loire, La Coursive-Scène nationale de La Rochelle
Avec l’aide du CICR – Comité international de la Croix-Rouge

Durée: 2 heures sans entracte

Tournée 2023:

17 au 19mars – Théâtre national, Taipei (TW)
25 et 26mai – Comédie de Clermont-Ferrand
31mai au 3juin – TnBA, Théâtre national de Bordeaux, Aquitaine
15juin – La Filature, Scène nationale de Mulhouse

Cet article vous a été utile et vous a plu ? Soutenez notre publication !

L’ensemble des publications sur ce site est en accès libre et gratuit car l’essentiel de notre travail est rendu possible grâce au soutien d’un collectif de partenaires. Néanmoins tout soutien complémentaire de nos lecteurs est bienvenu ! Celui-ci doit nous permettre d’innover et d’enrichir le contenu de la revue, de renforcer son rayonnement pour offrir à l’ensemble du secteur humanitaire une publication internationale bilingue, proposant un traitement indépendant et de qualité des grands enjeux qui structurent le secteur. Vous pouvez soutenir notre travail en vous abonnant à la revue imprimée, en achetant des numéros à l’unité ou en faisant un don. Rendez-vous dans notre espace boutique en ligne ! Pour nous soutenir par d’autres actions et nous aider à faire vivre notre communauté d’analyse et de débat, c’est par ici !

References

References
1 Tiago Rodrigues, Dans la mesure de l’impossible, dossier artistique, Comédie de Genève,
https://epoc-productions.net/wp-content/uploads/2022/02/dossier_dans_la_mesure_de_l_impossible-au-29-sept.-22.pdf