Après une première collaboration avec Reza[1]Alternatives Humanitaires, n° 8, juillet 2018. Un numéro entièrement illustré par le photographe. Lire en particulier l’entretien que Reza nous a accordés, « Un œil sur le monde », … Continue reading, la rédaction était présente pour le vernissage de l’exposition « Rêves d’avenir » co-organisée par le photographe au Conseil économique, social et environnemental (CESE), à Paris.

« L’avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves », aime à dire Reza lorsqu’il commence un de ses ateliers destinés à des jeunes vivant dans les camps de réfugiés, bidonvilles ou banlieues de grandes villes, en France comme dans le monde entier. Soixante jeunes d’Izmir, Gaziantep et Istanbul, Turcs et réfugiés syriens y ont cru.

L’exposition « Rêves d’avenir » est la consécration de leur travail et de leur découverte du langage photographique. Grâce au projet d’éducation non-formelle, « Youth Lens », ces jeunes âgés de 11 à 18 ans partagent avec leurs photographies poignantes leurs rêves et leurs réalités. Six d’entre eux avaient fait le voyage jusqu’à Paris. Leurs témoignages, aussi émouvants que leur parcours peut le laisser présager, rappellent l’importance de l’accès à l’éducation et des programmes de cohésion et d’intégration sociale comme celui-ci. « Nous ne regardons plus, désormais nous voyons », témoigne une des jeunes ayant participé au projet.

Soutenu par l’Union européenne, le projet « Youth Lens » – fruit d’une collaboration entre l’Unicef, le ministère turc de la Jeunesse et des Sports et le photographe Reza – prend tout son sens en Turquie. Ce pays abrite en effet plus de 3,6 millions de réfugiés syriens, dont 1,5 millions sont des enfants – et 400 000 d’entre eux ne sont pas scolarisés. Alors que la Convention internationale des droits de l’enfant fêtera bientôt ses 30 ans, et que le conflit dure en Syrie depuis neuf années, cette exposition a comme objectif de sensibiliser le public et de « démontrer l’impact positif du programme d’éducation non-formelle sur la vie quotidienne des jeunes et de souligner l’importance de la coexistence pacifique qui en découle. »[2]http://www.webistan.com/humanitaire-fr/6254/?lang=fr

Pour découvrir l’exposition :

Du 21 mai au 24 mai, de 14h à 18h
Conseil économique, social et environnemental (CESE)
9 place d’Iéna
75016 – Paris

Pour en savoir plus sur le travail de Reza : www.webistan.com

 

Cet article vous a été utile et vous a plu ? Soutenez notre publication !

L’ensemble des publications sur ce site est en accès libre et gratuit car l’essentiel de notre travail est rendu possible grâce au soutien d’un collectif de partenaires. Néanmoins tout soutien complémentaire de nos lecteurs est bienvenu ! Celui-ci doit nous permettre d’innover et d’enrichir le contenu de la revue, de renforcer son rayonnement pour offrir à l’ensemble du secteur humanitaire une publication internationale bilingue, proposant un traitement indépendant et de qualité des grands enjeux qui structurent le secteur. Vous pouvez soutenir notre travail en vous abonnant à la revue imprimée, en achetant des numéros à l’unité ou en faisant un don. Rendez-vous dans notre espace boutique en ligne ! Pour nous soutenir par d’autres actions et nous aider à faire vivre notre communauté d’analyse et de débat, c’est par ici !

References

References
1 Alternatives Humanitaires, n° 8, juillet 2018. Un numéro entièrement illustré par le photographe. Lire en particulier l’entretien que Reza nous a accordés, « Un œil sur le monde », p. 132-159, http://alternatives-humanitaires.org/fr/2018/07/05/un-oeil-sur-le-monde/
2 http://www.webistan.com/humanitaire-fr/6254/?lang=fr